Continuer

mars 1, 2009

Les listes du PS pour les élections européennes ont été publiées. La probabilité était forte que je n’y sois pas (je n’ai pas « fait mes preuves » dans le cadre d’un mandat électif local ou fédéral), et cela a bien été le cas.

Ce qui est plus préoccupant vis-à-vis des libertés numériques est que des eurodéputés très en pointe sur le sujet, en particulier Guy Bono, n’ont pas été reconduits. Il va donc falloir reconstruire une expertise au sein de la Délégation socialiste française afin que celle-ci puisse retrouver la volonté et la pugnacité nécessaires aux batailles législatives à venir, telles que le « paquet télécom » (sur lequel Catherine Trautmann, reconduite en tête de liste dans la région Est, réalise un travail de fond considérable) ou le retour par la petite porte des « brevets logiciels ». Pour cela, n’hésitez pas à entrer en contact dès maintenant avec les candidats afin de les sensibiliser à ces enjeux, car dans quelques semaines la campagne les accaparera totalement.

Je tiens à remercier très chaleureusement l’ensemble des personnes qui ont apporté leur soutien à ma candidature, et dont certains témoignages m’ont beaucoup touché.

Je continuerai vraisemblablement à faire vivre ce site, en plus de mon site « officiel » www.pellegrini.cc, afin d’y laisser des billets plus politiques. Le titre en changera donc sûrement, mais pas l’esprit. La révolution numérique est en marche, et le combat contre l’obscurantisme continue.

One Response to “Continuer”

  1. Deux choses devraient attirer notre attention :
    - une fronde du PS de Gironde aurait lieu contre le choix des candidats désignés, les militant devant désormais valider ou refuser la liste,
    - les conditions le retrait de Guy Bono connu notamment pour l’amendement 138, ou amendement Bono, voté à 88% par le Parlement européen, mais retiré par le conseil des ministres sous Présidence française.

    Le Parti Socialiste est avant tout un parti, on le savait déjà, mais si M. Bono a été exclu sans motif, c’est faire bien peu de cas de son travail.

    L’amendement Bono :
    « h) en vertu du principe selon lequel aucune restriction aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs finaux ne doit être prise sans décision préalable de l’autorité judiciaire en application notamment de l’article 11 de la charte des droits fondamentaux, sauf en cas de menace à la sécurité publique où la décision judiciaire peut intervenir postérieurement »

Leave a Reply